• Critiquer Najat Vallaud-Belkacem au nom de l’égalité (Pierre Albertini, 20.05.2015)

    Le Monde | 20.05.2015 à 15h41 • Mis à jour le 20.05.2015 à 16h23

    image: http://s2.lemde.fr/image/2015/05/20/534x0/4637058_6_9237_2015-05-20-e028925-5778-151ip7w_9b44bfcd2e4e3177a25c24366f0a07b8.jpg

    ©Vincent Isore/IP3 pour Le Monde ; Paris, France le 19 Mai 2015 - Manifestation d enseignants en greve contre la reforme du college

    Pierre Albertini, professeur de première supérieure (Khâgne) au lycée Condorcet

    Je viens de lire le cri de colère contre la « nostalgie élitiste » de l’historien Antoine Prost. Il ne m’a absolument pas convaincu. Antoine Prost, je pense que vous êtes un très grand savant, un de nos meilleurs historiens, admirablement formé par des institutions scolaires à l’ancienne (les études classiques, la khâgne du Parc, l’École normale supérieure), mais que, dès qu’il s’agit de réforme scolaire, vous vous transformez en idéologue. La véhémence de votre cri me fait penser qu’il y entre du fanatisme, de ce fanatisme à fortes racines catholiques qu’on trouve chez tant de pédagogistes du SGEN. Vous êtes en fait un idéologue de l’enfance et vous excipez très indûment de votre qualité d’historien pour essayer de nous fourguer l’horrible camelote du réformisme.

    Depuis les années 1970, le pédagogisme cher à votre cœur a montré (sous Haby, sous Savary, sous Jospin, sous Allègre, sous Najat Vallaud-Belkacem) ce dont il était capable et le résultat est un désastre à peu près complet. S’il n’y avait pas une religion du pédagogisme, totalement réfractaire à l’expérience et au bilan, l’affaire serait entendue. Au nom de la démocratisation, et en usant sans vergogne d’un pathos sociologique (qui dégoulinait encore avant-hier à propos des mauvais résultats de nos élèves en mathématiques), on a imposé les « sciences de l’éducation » à tous les jeunes professeurs, désintégré l’enseignement primaire, diminué du même coup les compétences linguistiques, grammaticales et arithmétiques de la majorité des collégiens, abaissé les exigences (notamment scientifiques) au lycée - et, pour finir, cassé le thermomètre, en modifiant les épreuves et les modalités d’évaluation du baccalauréat, dont les résultats sont chaque année plus mirifiques, et en demandant, dernière trouvaille, l’abandon des notes chiffrées remplacées par des couleurs.

    Filières sélectives

    Comme il existe toujours des filières sélectives dans l’enseignement supérieur, les familles affolées ont de plus en plus souvent opté, lorsqu’elles en avaient les moyens, pour les lycées de l’entre-soi, l’enseignement privé et les aides parascolaires, ce qui a fait flamber les inégalités sociales. Par chance, des classements internationaux ont fait apparaître l’ampleur de la Bérézina, un peu comme les rares voyageurs franchissant le rideau de fer permettaient aux Soviétiques de s’apercevoir qu’ils ne vivaient pas au paradis. Et maintenant l’un des principaux responsables de l’effondrement vient dénoncer une prétendue nostalgie élitiste et insulter, semaine après semaine, dans un journal qui fut toujours le fer de lance du pédagogisme, les professeurs qui ne pensent pas comme lui.

    Je ne suis pas élitiste. Je crois profondément à la nécessaire démocratisation de l’enseignement. Tous les élèves ont droit au meilleur enseignement possible. Je ne suis pas nostalgique. Je ne crois pas que le latin et le grec soient admirables en tant qu’origine de notre civilisation. Je déteste le roman national et je suis totalement imperméable au discours de Pierre Nora. Je pense que les corpus d’auteurs scolaires doivent être constamment renouvelés. Je me réjouis qu’on enseigne le chinois à des collégiens de plus en plus nombreux et je serais ravi qu’il en allât de même de l’arabe. Il y a bien longtemps que l’évolution politique d’Alain Finkielkraut m’a rendu sévère à son égard. Je pense seulement qu’il n’y a aucune raison de détruire ce qui fonctionne, comme on l’a fait (dans l’enseignement primaire) et comme on s’apprête à le faire (au collège), avec votre bénédiction.

    La rationalité au cœur du système

    Ce qui doit être au cœur de notre système scolaire, ce n’est pas l’enfant, c’est la rationalité. L’enseignement primaire et l’enseignement secondaire refondés doivent nourrir l’intelligence des enfants, pour qu’ils puissent être par la suite des adultes éclairés et responsables, des citoyens, des hommes et des femmes susceptibles de comprendre le monde (y compris le monde techno-scientifique) dans lequel ils seront appelés à vivre. Cette exigence passe par l’enseignement des disciplines constituées, les exercices, l’apprentissage du vocabulaire et des règles, la répétition, le travail solitaire, la lecture individuelle, et même parfois, pourquoi le nier ?, l’ennui.

    Pourquoi refusons-nous la réforme de Mme Vallaud-Belkacem ? Parce que nous trouvons contradictoire l’idée d’égalitarisme et celle d’autonomie accrue des établissements : 20 % du temps scolaire laissé à la discrétion des chefs d’établissement, c’est un premier pas vers de nouvelles inégalités. Parce que nous ne croyons pas aux bénéfices de la pluridisciplnarité telle qu’elle sera bientôt imposée par des réformateurs dont certains détestent la spécialisation disciplinaire des professeurs. La pluridisciplinarité est déjà largement pratiquée mais elle n’a de sens que lorsque chaque discipline est solidement fondée et lorsque le dialogue entre les disciplines est mûrement réfléchi.

    Autrement dit, convoquer un professeur d’histoire et un professeur d’espagnol pour faire écrire à une classe de 4e une lettre en espagnol à des horticulteurs kényans, ce n’est pas un progrès, c’est de la foutaise. Parce que nous pensons que la réforme est (comme bien souvent) un cache-misère et qu’elle va, sous couvert d’égalité, imposer la même pénurie à tout le monde (on le voit bien à propos des classes bilangues et des horaires d’allemand), ce qui renforcera l’enseignement privé (qui, comme toujours, interprétera les textes à sa façon et à son avantage, au nom du « caractère propre » et en vertu des pouvoirs exorbitants de ses chefs d’établissements). Parce que nous pensons aussi que le latin et le grec doivent continuer à être enseignés en tant que langues, la version et le thème donnant des habitudes d’exactitude et la maîtrise de la phrase complexe, si utiles pour penser, que ces langues éclairent le français, font entrer dans la longue durée, montrent aussi que des hommes ont pu être pleinement humains en dehors de tout monothéisme (il est vrai que l’étude du chinois et celle du japonais peuvent avoir les mêmes vertus mais nous avons sous la main plus de professeurs de lettres classiques que de professeurs de langues orientales).

    Parce que nous pensons enfin que d’autres voies sont possibles : une augmentation sensible des heures de français en 6e (la 2e langue en 5e, quand les élèves n’ont aucune maîtrise de la grammaire française, est pure poudre aux yeux), le doublement ou le triplement du salaire des professeurs enseignant dans les établissements les plus déshérités ce qui aurait la vertu de modifier l’image de l’enseignant aux yeux de ses élèves et d’attirer vers la carrière les meilleurs lycéens des classes populaires, que l’actuel système médiatique se contente d’orienter systématiquement vers Sciences Po, école qui contribue bien davantage à nos problèmes qu’à leur solution.

     
     


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/05/20/critiquer-najat-vallaud-belkacemau-nom-de-l-egalite_4637059_3232.html#fei7PUMVM8o3F1Kc.99

     

    Vos réactions (84)Réagir La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    zadig Hier

    "Ce qui doit être au cœur de notre système scolaire, ce n’est pas l’enfant, c’est la rationalité." Là est le cœur effrayant de votre discours totalitaire qui rejette dans les ténèbres ce qui ne correspond pas à vos certitudes. Le reste n'est que scories et métaphores usées :"casser le thermomètre", "le rideau de fer", jugements de valeur méprisants qui ne valent pas d'être relevés. Éduquer, au sens étymologique, c'est guider. Douch était doté d'un redoutable esprit rationnel. Czentovic aussi.

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Malo Hier

    Juste une remarque sur une confusion fréquente mais significative d'une certaine partialité dans les lectures du projet : les 20pcent du volume horaire ne seront pas à la discrétion du chef d'établissement mais de la responsabilité du conseil pédagogique, c'est à dire des profs eux mêmes. Je ne comprends pas cette défiance à l'égard d'un processus qui accroît l'autonomie des acteurs. Mais c'est vrai la liberté pédagogique tant revendiquée devient là collective. C'est sans doute ça qui fâche...

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    AlexM il y a 2 jours

    Merci de cette tribune posée et intéressante, qui aide à démêler les choses sur un sujet difficile. J'apprécie justement votre appel à la rationalité et au discernement, le fait que vous mentionniez un certain abaissement des exigences scientifiques. (nous nous étions croisés à Condorcet en 2008 quand vous nous aviez largement aidés à monter l'exposition X-Résistance, le première dans un lycée. Merci)

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    GUS il y a 6 jours

    On ne saurait mieux dire. Bravo.

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Marie Paule Hutin il y a 6 jours

    Erreur dans le postulat de départ : ce que l'auteur appelle "pédagogisme" -et le choix du suffixe laisse à réfléchir- n'a jamais vraiment été mis en oeuvre. On s'insurge beaucoup contre des choses qui ne se sont jamais vraiment produites, c'est là une curieuse habitude française. Le poids des habitudes, la force de la résistance au changement ont laissé toutes les tentatives de réforme lettres mortes. Si nous en sommes aujourd'hui à ce constat d'échec insupportable, c'est bien parce que rien n'a

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    NRF il y a 6 jours

    Merci !

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    virginie il y a 1 semaines

    'Parce que nous pensons que la réforme est un cache-misère et qu’elle va, sous couvert d’égalité, imposer la même pénurie à tout le monde' Tant que les élèves seront 30 par classe toute réforme parait bien inutile. ..

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Roméo il y a 1 semaines

    Tragique et pathétique. On sait poser un robot sur une comète à des millions de km. Mais au bout de quelques milliers d'années, on en est encore à s'écharper pour savoir comment apprendre à lire et à écrire. Problème de caste?

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    F.Guizot il y a 1 semaines

    "La France est le pays de l’OCDE le plus inégalitaire dans le sens où la performance est la plus fortement corrélée avec le niveau socio-économique et culturel des familles." Pour le score moyen en mathématiques, devant nous: Pays bas, Finlande, Canada, Pologne, Belgique, Allemagne, Autriche. Pourtant la France est un des pays qui investit le plus en % de PIB. Source: note d'information de 2013 sur éducation.gouv. Si doute il y a l'ouvrage de Baudelot et Establet "l'élitisme républicain".

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Yann Amar il y a 6 jours

    F.Guizot : c'est faux, la France ets dan sla moyenne des pays de l'OCDE, les USA sont largement plus "forts" en matière de reproduction sociale, par exemple.

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    F.Guizot il y a 1 semaines

    Les enquêtes PISA, PIRLS sont implacables! Dubet, Van Zanten,Duru Bellat, Bourdieu,Prost, Lelièvre, Terra Nova, FCPE, Delahayes, Obin, Cyrulnik... implacables. Depuis la création du collège unique nombre de dispositifs ont été créés pour recréer les filières sociales en interne. Afin d'éviter de revoir la pédagogie, la domination de l'ordre secondaire du lycée Napoléonien fait pour la seule bourgeoisie. Pourquoi des pays similaires au notre parviennent à faire réussir la masse et les élites?

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Balthasar Thomass il y a 1 semaines

    Les "pays similaires aux notre" ne réussissent justement pas mieux. Au PISA 2012, l'Allemagne fait un peu mieux que la France, mais les autres pays voisins, Angleterre, Italie, Espagne, sont moins biens classés, et la Norvège, la Suède, les USA, par exemple, encore pires. La France est exactement dans la moyenne de l'OCDE, tous les pays "similaires"' rencontrent des problèmes assez... similaires.

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    nina il y a 6 jours

    Les 8 premières places du classement PISA sont occupées par des pays asiatiques. Je n'ai jamais vu le moindre papier qui informe précisément sur les pédagogies qui sont mises en oeuvre pour assurer de tels résultats. Si quelqu'un sait, ou peut indiquer un lien, merci de le faire.

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    GUS il y a 6 jours

    Pour la seule bourgeoisie ? Mais par pitié qu'on arrête avec ces salades !!! Avez-vous seulement déjà mis les pieds dans un collège public ? Si oui qu'y avez-vous vu dans les classes de latin et d'allemand LV1 ? Un entre-soi de grands bourgeois ??? La réalité que vous ne pouvez supporter c'est qu'il y a, et qu'il y aura toujours, des bons élèves et des moins bons, et que ce sont (ô suprise !) les bons qui inévitablement tirent le meilleur parti du système, quel qu'il soit !!!

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    GUS il y a 6 jours

    Pour la seule bourgeoisie ? Mais par pitié qu'on arrête avec ces salades !!! Avez-vous seulement déjà mis les pieds dans un collège public ? Si oui qu'y avez-vous vu dans les classes de latin et d'allemand LV1 ? Un entre-soi de grands bourgeois ??? La réalité que vous ne pouvez supporter c'est qu'il y a, et qu'il y aura toujours, des bons élèves et des moins bons, et que ce sont (ô suprise !) les bons qui inévitablement tirent le meilleur parti du système, quel qu'il soit !!!

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Juan Manuel CUESTA il y a 1 semaines

    C'est un réquisitoire implacable et je m'étonne que les "pédagogistes" osent encore l'ouvrir après des lustres d'un bilan désastreux. Et je m'étonne encore plus qu'ils trouvent un écho à gauche. Ces gens, les "pédagogistes", ont une vision teintée de charité chrétienne propre à la CFDT et à son rejeton dans l'Education, le SGEN, une véritable calamité, pour la communauté édicative. Oui, il faut revenir aux fondamentaux en y mettant le paquet, et aussi en revalorisant les salaires des enseignants

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Malo il y a 6 jours

    Je suis syndiqué au SGEN depuis 30 ans et je n'ai pas le sentiment de faire partie d'un courant de pensée hégémonique dans le monde éducatif, bien au contraire ! Je lis que le "pédagogisme" (?) gangrène l'école depuis la réforme de René Haby. La réalité des idées et des pratiques qui domine dans les établissements me fait plutôt dire que c'est justement la reproduction du petit lycée et la nostalgie des orientations précoces qui empêchent les évolutions et entretiennent ainsi l'échec du collège.

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    F.Guizot il y a 2 semaines

    Ceux qui sont contre "la réforme", contre le collège unique,contre l’hétérogénéité, contre le socle commun, contre l'aide personnalisée,contre l'interdisciplinarité, contre l'allongement de la scolarité obligatoire, contre les remplacements de courte durée. Mais pour une sélection au sortir du CM2, pour l'homogénéité, pour la logique disciplinaire, pour l'apprentissage à 14 ans, pour l'exclusion définitive. Pour l'exclusion de cours, pour les "heures poste". Des arguments (scientifiques)?

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Yann Amar il y a 6 jours

    M. Guizot, eh bien non. Par contre, les partisans de cette réformes souhaitent un bac sans valeur donné par défaut à la naissance, et une sélection qui s'opérera sur d'autre scritères, extra-scolaires : moyens financiers et entregents des parent. Cette réfoprme colle exactement aux idéologie d'extrême-droite da'vant guerre qui prônait une éducation minimaliste pour les enfants de geux, puisque leur vocation était de travailler aux champs et à l'usine.

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    andreu il y a 2 semaines

    Bien aimé la remarque sur Sciences Po, champion de l'écrémage d'élèves talentueux qui se propose en faux modèle de rénovation de l'enseignement supérieur.

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    christophe chartreux il y a 2 semaines

    Enfin, le latin c'est 20% d'élèves en 5e, 2% en seconde et moins de 1% après le Bac... Il n'y a pas un souci? Ah non c'est vrai... L'entre-soi est la norme que vous défendez avec un aplomb presque surréaliste.

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    furusato mon avenir comme nouille dans le bol du monde homogénéisé il y a 2 semaines

    Absolument ,C Chartreux,heureusement les écrans gagnent et vont produire l'égalité qui compte,celle des télécommandes perfectionnées et des icônes .

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    nina il y a 2 semaines

    Le problème que vous soulevez, Christophe, est la question du bien fondé des filières d'exception. Ca me semble une curieuse démarche qu'au nom de la promotion d'un système éducatif plus démocratique (un objectif avec lequel je suis parfaitement d'accord mais que cette réforme ne garantit absolument pas ), un pays se prive délibérément de la chance d'avoir une élite bien formée, car une élite il y en aura toujours.

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Stratégie de l'échec il y a 6 jours

    Tout à fait. Il est injuste que les quelques bons élèves qui restent encore malgré tout (mais plus pour longtemps, rassurez vous) dans les établissements publics puissent se retrouver dans de bonnes classes où ils peuvent travailler dans des conditions outrageusement bonnes et même réussir scandaleusement alors que tant d'autres échouent. L'échec n'est pas un problème à condition que personne n'y échappe.

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    christophe chartreux il y a 2 semaines

    "Parce que nous pensons aussi que le latin et le grec doivent continuer à être enseignés en tant que langues, la version et le thème donnant des habitudes d’exactitude et la maîtrise de la phrase complexe, si utiles pour penser" Ah bon? Mais alors: 1- pourquoi l'enseigner seulement en option et donc , de fait, le réserver à quelques-uns? 2- si le latin est utile à la maîtrise du français, pourquoi alors ne pas exiger de le commencer au CP? 3- L'utilité de penser, vous la prônez en option?

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    christophe chartreux il y a 2 semaines

    "convoquer un professeur d’histoire et un professeur d’espagnol pour faire écrire à une classe de 4e une lettre en espagnol à des horticulteurs kényans, ce n’est pas un progrès, c’est de la foutaise" Quel mépris de croire et laisser croire que les EPI pourront se résumer à "ça"! Quel mépris pour les professeurs qui enseignent DÉJÀ sous cette forme. Mais ce monsieur l'ignore. Quant au choix des "horticulteurs kenyans", la pointe de condescendance est intolérable.

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Kentoc'h Mervel il y a 6 jours

    Les animations périscolaires de la réforme Peilon se résument dans certaines communes à des cparties de bridge dirigées par des retraités bénévoles, seules personnes que la commune a pu recruter. Et ça, c'est du vécu.

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Pr Tournesol il y a 2 semaines

    Merci pour cette tribune qui élève le débat, loin des diatribes des défenseurs de la réforme. Le mal est profond, depuis longtemps le pédagogisme fait des ravages. Curieusement, les changements de majorité politique n'y changent rien. Dans ce cadre l'autonomie des établissements est un leurre. Ce n'est pas pour rien qu'elle est défendue par les "progressistes" comme par la droite dure. L'élève d'un collège des "quartiers" aura un enseignement "adapté" à l'image que l'on se fait de lui.

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Kentoc'h Mervel il y a 6 jours

    Ces "progressistes" n'en ont que le nom, la réforme NVB n'aurait pas été désavouée par les idéologues de droite d'avant-guerre : une éducation minimale pour la masse (qu'on nommera aujourd'hui le bac) et des filières d'excellence réservées aux enfants des meilleurs milieux au travers des contournement dé la carte scolaire et des établissements privés. La reproduction sociale, déjà une plaie, définitivement gravée dabns le marbre. Merci le PS !!

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    ouf il y a 2 semaines

    Ouf on ouvre les fenêtres, merci au Monde de rompre la pensée unique du pédagogogisme ambiant !!

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Louise Martin il y a 2 semaines

    Magnifique tribune. Tuer la rationalité est un choix conscient, on ne veut pas former des gens libres capables d'exercer leur esprit critique, on cherche à les endoctriner et les réduire (au mieux) à l'état de chair à multinationales.

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    liberal il y a 2 semaines

    c'est.normal l'éducation nationale.est un simple sous-traitant en ressource humaine pour le.compte des entreprises, c'est là une vision réaliste, pragmatique et en accord.avec le.principe de réalité, loin des pesanteurs idéologiques

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Hannibal il y a 2 semaines

    Bravo, M. Albertini. Un peu étonné que vous jugiez utile de vous excuser de penser sur l'enseignement comme M. Finkielkraut : pensez-vous qu'il y ait vraiment un enseignement de gauche ou de droite? Certainement pas. L'apprentissage de l'intelligence n'a pas de connotation politique. Que les politiques s'efforcent de le récupérer est une autre histoire, une triste histoire. Alors b a ba et rien d'autre.

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Kentoc'h Mervel il y a 2 semaines

    Il y a un enseignement de droite, c'est celui qui cantonn eles enfants de gueux dans un enseignement au rabais, et c'est excatement ce que cette loi prépare. Cette loi n'ets pas "progressiste" elle est en fait une loi de "droite dure" que n'aurait pas renié les iéologues de droite d'avant guerre quand ils considéraient que les enfants de pauvres avaient pour vocation à travailler aux champs ou en usines, comme leurs parents.

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Hannibal il y a 2 semaines

    KM je constate que la loi qui cantonne etc. comme vous dites est une loi pondue par la gauche. Ça vous défrise, vous la dites donc de droite pour vous consoler? Ça ne change rien au fait. En outre il me semble que le pédagogisme, grande source d'inégalité, est plutôt de gauche, non? C'est dans les écoles privées qu'on donne des notes et des devoirs ...


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/05/20/critiquer-najat-vallaud-belkacemau-nom-de-l-egalite_4637059_3232.html#ep8GBoAR2YdoZqPx.99

     

    Vos réactions (84)Réagir La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    etienne il y a 2 semaines

    Accepter l'ennui ? C'est une bêtise , contre-productif , par contre donner le goût de l'effort, son envie ,le plaisir de l'effort , apprivoiser l'enfant à cette rationalité là , voilà UN chemin qui a fait ses preuves , qu'il faut développer encore et encore , donc qui dit pédagogie , dit motivation, créativité , ruse de l'enseignant , passion de l'enseignant , donc former et à la limite licencier celles et ceux qui ne sont pas adaptés à la noble tâche de transmettre les connaissances .

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    nina il y a 2 semaines

    On est passé insidieusement de l"enfant roi" à l'élève roi". Faire croire aux élèves qu'il sera toujours plaisant d'apprendre est pure "foutaise" pour reprendre le mot d'Albertini. Non seulement parce que certaines notions sont arides et que malgré toute sa passion, un prof de physique ou de géographie n'arrivera pas à toujours égayer son cours, mais parce qu'au fil des ans, la part de travail personnel de l'élève se développe. Seul à son bureau, qui n'a pas baillé aux corneilles devant ses liv

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    etienne il y a 2 semaines

    Je compare la situation des élèves de certains quartiers populaires homogènes,issus de l'immigration à mon expérience de la formation d'adultes ouvriers de l'industrie ( au Gabon et en Nouvelle-Calédonie ):il fallait partir d'un niveau très bas de connaissances générales et aller vers un niveau moyen+ (1ère étape ) en électro-mécanique, surmonter cette lacune , motiver et surtout atteindre le résultat nous a fait passer de l'enseignement magistral à 1 formation debout en groupe et expérimentale.

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    nina il y a 2 semaines

    Votre témoignage montre que le problème revient toujours à la même question : comment faire rentrer des élèves multiples dans un collège unique (que je ne remets pas en question). Quel que soit le cas de figure, il y a des sacrifiés. Pour la première fois, le gouvernement choisit clairement de privilégier les "scolairement faibles" ( et non les défavorisés, ce qui est très différent) pour qu'ils se sentent mieux à l'école. Soit. Mais avec quel résultat au final ? et quelles réperc sur l'univ?

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Yann Amar il y a 2 semaines

    Excellente tribune qui résume tout à fait les errements de cette réforme. L'éducation scolaire, partout dans le monde, a pour but de strucurer le raisonnement, d'enseigner la logique, la précision, la rigueur, le sens de l'effort. Longtemps, le latin a joué ce rôle, puis ce furent les maths. Aujourd'hui, c'est le vide, le néant. Pourquoi pas le chinois en effet, langue difficile pour un occidental, qui imposerait ce travail intellectuel qui fait tant défaut à nos écoliers d'aujourd'hui.

    répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    nina il y a 2 semaines

    Non, aujourd'hui, ça n'est ni le vide, ni le néant. Il suffit d'ouvrir un livre de français, de maths ou de physique niveau lycée pour s'en convaincre, et je trouve que l'étude des textes littéraires est beaucoup plus technique, rigoureuse, et intéressante qu'à mon époque. Seul le latin me semble avoir vraiment baissé). En revanche, les contenus vont s'appauvrir de façon significative avec cette réforme, ne serait-ce que par effet de la diminution des heures de cours.

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    Yann Amar il y a 2 semaines

    nina : il ne suffit pas d'avoir quelques cours de qualités, mais éparpillés pour structurer une pensée et donner le sens de l'effort intellectuel. Le latin, puis les maths avaient cette vertu d'une forme d'ascèse sur la durée, une construction sur plusieurs années qui obligeait à s'astreindre à cet effort de structuration. Peu importe en fait la latin, malgré la passion qu ej'ai eu à l'étudier, et pourquoi pas le chinois. Mais le zapping actuel n'aide pas à la construction intellectuelle.

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    nina@Yann Amar il y a 2 semaines

    Je ne suis pas enseignante donc je conviens volontiers que mon expérience est limitée à celle de parents d'élèves (du primaire au lycée). Sauf en latin et en allemand (bilangue) où l'apprentissage de la gramm est indigent, les cours sont très bien structurés, explicites et progressifs. Quoi qu'il en soit, la réforme sonne le glas de tout ceci, sans aucun bénéfice en retour pour les décrocheurs, ce qui est mon principal reproche.

    Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr
     

    image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.674/img/placeholder/avatar.svg

    etienne il y a 2 semaines

    .....et pourquoi pas l'arabe ?


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :